Retour au haut de la page!

Phytodata logo

Compagnie de Recherche Phytodata inc.



Compagnie de recherche Phytodata

Quand la recherche est un besoin collectif

Corporation à but lucratif, la Compagnie de Recherche Phytodata inc. compte plus de 40 actionnaires; son conseil d’administration est formé de cinq producteurs et de la directrice, Madame Linda Roberge. Créée en 1991, à l'initiative de l'agronome Luc Brodeur, au moment où les crédits d’impôt pour la recherche et le développement en agriculture gagnent en popularité, la compagnie prend son essor en 1997, alors que des actions sont vendues à plus de 40 membres du PRISME désirant investir en recherche et développement.

 

Nous donnons vie à vos idées

Les services de Compagnie de Recherche Phytodata inc. ont pour but de :

  • Maximiser les retombées fiscales et financières des projets de recherche issus des besoins identifiés par le PRISME et par d’autres groupes de producteurs tels que associations, syndicats et clubs agro-environnementaux
  • Gérer et réaliser des projets de recherche et des essais techniques
  • Développer des outils de lutte intégrée, dont des alternatives aux produits chimiques
  • Développer des outils issus de la R&D, en plus de faire le transfert des connaissances acquises.

 

Le savoir-faire d’un réseau d’experts

Depuis 1997, la Compagnie Phytodata inc. réalise plus de 30 projets de recherche et développement par année auxquels s’ajoutent les services agrométéorologiques (AgroMétéo) et cartographiques. Elle offre un service de recherche aux entreprises agricoles, à des manufacturiers et distributeurs de produits phytosanitaires, d’engrais, de semences et autres outils techniques spécifiques. Plus concrètement, il pourrait s’agir d’essais d’efficacité, de cultivars, de régies diverses, de technologie et de différents matériels.

La plupart des projets sont réalisés en collaboration avec des chercheurs reconnus associés au Centre de Recherche et de Développement en Horticulture de Saint-Jean-sur-Richelieu, à l’Université Laval, à l’Université du Québec à Montréal, à l’Université McGill, l’Université de Guelph, mais aussi avec le MAPAQ, et le MAAARO (Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario).